Médicaments : le labyrinthe de l'information officielle

Par le 22 septembre 2022, actualisé le 22 Sep 22.

Pour certains médicaments commercialisés en France, il n'est pas toujours facile de dénicher des informations fiables et pertinentes.
Dans cette première partie, nous passons en revue les sources qui délivrent une information officielle : le dictionnaire Vidal, l'Agence française du médicament, l'Agence européenne du médicament et la base de données publique des médicaments.
Nous parlerons une autre fois de quelques autres sources qui proposent une information plus critique (notamment Prescrire, Thériaque et le Bulletin d'information en pharmacologie).

Les consommateurs comme les professionnels de santé ont besoin d'information sur les médicaments. De préférence une information complète, indépendante, neutre, fiable, précise, facile d'accès. Cette information n'est pas toujours facile à trouver.

Le traditionnel dictionnaire Vidal°

La plupart des patients français ont le souvenir d'avoir vu sur le bureau de leur médecin un gros dictionnaire rouge : le Vidal°. Sa version papier a disparu mais il existe toujours sous forme de site internet et d'application téléphonique.
L'information que délivre le Vidal° sur les médicaments, sous forme de "monographies" (un article pour une spécialité médicamenteuse) est conforme aux données officielles, c'est-à-dire au "résumé des caractéristiques du produit" des agences du médicament.
L'interface est pratique, avec de multiples manières d'accéder à l'information, même si on ne se souvient pas très bien du nom du médicament qu'on recherche.

Les graves imperfections du dictionnaire Vidal°

Mais l'information n'est pas complète. Les non prescripteurs n'ont accès qu'à certaines données. En particulier, ils n'ont pas accès à la posologie et au mode d'emploi des médicaments, ni aux contre-indications ou aux effets indésirables. Les prescripteurs ont accès à ces données mais... pas pour tous les médicaments. Pour un certain nombre de spécialités, le dictionnaire Vidal° ne publie qu'une "fiche abrégée" qui ne contient pas grand chose d'autre que le nom du médicament et sa composition.
Pourquoi ? Parce que ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui paient pour que leurs spécialités soient référencées dans le dictionnaire (a). S'ils ne le souhaitent pas, leurs spécialités ne sont mentionnées que sous forme de "fiche abrégée". C'est pour cette raison que je ne vous conseille pas les autres publications du site Vidal°. En raison de leur mode de financement, on peut craindre que la société Vidal° n'insiste guère sur les effets indésirables et n'aide pas à choisir entre les médicaments qui revendiquent les mêmes propriétés.

Le site du dictionnaire Vidal°.
Simple et pratique à utiliser, mais incomplet

L'agence française du médicament (ANSM) : un répertoire incomplet

L'ANSM entretient sur internet un "répertoire" du médicament. En principe, selon la page d'accueil, ce répertoire "rassemble les spécialités pharmaceutiques autorisées ou ayant été autorisées en France, qu’elles soient commercialisées ou non."
Pour chaque médicament inclus, tout internaute peut lire une courte fiche administrative, le "résumé des caractéristiques du produit" ou RCP, qui contient le maximum d'informations, et la notice destinée aux patients.
La présentation n'est pas attrayante, et surtout elle n'est pas vraiment pratique. Pas moyen d'avoir, par exemple, la liste des antibiotiques de la famille des macrolides (ou de n'importe quelle autre famille), ou bien l'ensemble des médicaments destinés à traiter la constipation. Il faut connaître au moins le début exact du nom de la molécule ou du nom commercial du médicament qu'on cherche pour avoir de l'information.
Pire : il manque l'essentiel de l'information (RCP et notice) pour les médicaments autorisés à la suite d'une décision de l'agence européenne du médicament, par la procédure dite "centralisée". Sur les fiches abrégées concernées, on trouve bien un lien qu'on suppose conduire vers le RCP publié par l'agence européenne. Hélas, chaque fois que j'ai cliqué dessus (et j'ai essayé pour plusieurs dizaines de médicaments), je suis arrivé sur un écran disant "Page non longer exists" (la page n'existe plus).

Le site de l'agence française du médicament (ANSM)
À la fois malpratique et incomplet, il ne redirige même pas vers la base de données publique des médicaments auquel l'agence elle-même contribue

L'agence européenne du médicament (EMA) : une navigation difficile

La première difficulté est la langue. Le site de l'EMA est rédigé en anglais. Je n'ai pas trouvé s'il y avait une traduction en français. En tout cas, elle n'est pas indiquée, et changer les lettres /en/ par /fr/ dans la barre d'adresse n'aboutit qu'à des pages qui "n'existent plus".
Si vous lisez l'anglais, en partant de la page "medicines", vous pourrez faire une recherche avec le début du nom d'une molécule ou d'un nom de marque. Dans la liste des résultats, cliquez sur "Human medicine European public assessment report (EPAR) : [nom de marque]". Vous aurez alors accès à une page d'information grand public intitulée "Overview" et en descendant vous pourrez atteindre "Product information". Là, sur un clic, vous pourrez enfin consulter et télécharger un pdf contenant le résumé des caractéristiques du produit (RCP) dans la langue européenne de votre choix. Bonheur mitigé : le texte fait couramment 40 à 60 pages, et on ne peut évidemment pas y naviguer...

Le site de l'agence européenne du médicament (EMA)
Peu pratique d'utilisation, lent et en langue anglaise.
Les données en français existent sans doute,
mais elles ne sont pas faciles à trouver.

La base de données publique des médicaments (BDPM)

Curieusement, elle n'est pas indiquée dans les autres sites. En particulier, elle est seulement mentionnée dans un bas de page du site de l'agence française du médicament, et non pas dans les documents incomplets de ANSM, qui continuent de pointer vers des pages inexistantes de l'agence européenne (fin septembre 2022).
La base BDPM existe en version informatique et en version mobile (que je n'ai pas testée). On peut chercher dans la PDPM en utilisant le début d'un nom de marque de médicament ou le début d'un nom de substance, puis en choisissant dans une liste. On peut aussi chercher en utilisant des noms de maladies ou de troubles de santé, mais fin septembre 2022, la liste est encore incomplète.
En cliquant sur un nom de spécialité médicamenteuse, on est dirigé vers une fiche d'information plutôt complète. Elle comprend en particulier l'avis de la commission de la transparence de la haute autorité de santé (souvent critique), et parfois des annexes comme un avertissement concernant les risques cardiovasculaires pour l'anti-inflammatoire diclofénac. Elle donne aussi accès au RCP en français. Parfois, le site avertit que l'autorisation ayant été donnée au niveau européen, elle va rediriger vers l'agence européenne, mais on aboutit directement à un pdf du RCP en français.

La base de données publique des médicaments
Injustement méconnue, car c'est la source officielle française
la plus complète sur les médicaments.

En résumé : La base de données publique des médicaments en premier

Lorsqu'on connait le nom de la substance médicamenteuse ou le nom de marque du médicament sur lequel on cherche de l'information, autant aller directement sur le site de la base de données publique du médicament. Lorsqu'on veut rechercher un nom de médicament ou comparer des médicaments différents, le site du dictionnaire Vidal° est le plus pratique, bien qu'il soit incomplet.

a- Le site internet du dictionnaire Vidal n'est pas particulièrement explicite sur ce point. La page "Qui sommes nous" ne dit absolument rien sur qui est l'éditeur du Vidal°. Il faut cliquer tout en bas sur le discret lien "mentions légales" pour découvrir qu'il s'agit d'une société anonyme au capital de 100 000 euros.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Sources
- Site internet du dictionnaire Vidal°
- Site internet de l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)
- Site internet de l'agence européenne des médicaments (European Medicines Agency ou EMA)
- Site internet de la Base de données publique des médicaments élaboré conjointement par l'ANSM, la Haute autorité de santé et l'Assurance maladie.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Crédit photos
n° 1 - Labyrinth de Mariane Bosse sur Flickr
n°2, 3, 4, 5 - copies partielles d'écran copyright Jean Doubovetzky

I

Rédigé par sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles.

CITER: Jean Doubovetzky "Médicaments : le labyrinthe de l'information officielle" ; 22 Sep 2022 ; site internet Anti Dr Knock (https://anti-knock.fr/blog-actualites/medicaments-le-labyrinthe-de-linformation-officielle/)
PARTAGER CET ARTICLE :

Soutenez le travail et l'indépendance d'Anti Dr Knock sur Utip.

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Anti Dr Knock. Votre email n'est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d'un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.