Inhibiteurs de la pompe à proton contre douleurs gastriques

Par le 27 juin 2021, actualisé le 07 Jan 22.

Les médicaments inhibiteurs de la pompe à proton sont efficaces contre les reflux gastriques et les ulcères de l'estomac et du duodénum. Le traitement dure habituellement 4 semaines, parfois 8 semaines. Un traitement trop long est dangereux et augmente le risque de mourir. Arrêter un traitement prolongé impose une diminution progressive des doses.

Les inhibiteurs de la pompe à proton sont des médicaments qui diminuent la fabrication d'acide par l'estomac. Ils sont utilisés pour lutter contre les ulcères de l'estomac, du duodénum (la première partie de l'intestin grêle) et contre les reflux gastriques, lorsque les médicaments anti-acides n'ont pas été suffisants.

On les reconnaît parce que leur nom se termine par -prazole (mais pas par -piprazole) : par exemple oméprazole, pantoprazole, etc.

Un traitement de durée limitée

Selon Prescrire, parmi les inhibiteur de la pompe à proton, l'oméprazole est le mieux évalué, et aucun autre médicament n'est préférable. Dans la majorité des cas, qu'il s'agisse d'un ulcère ou d'un reflux gastrique, la cicatrisation est obtenue au bout de 4 semaines de traitement. Dans certains cas résistants, le traitement dure 8 semaines. Et en cas d'infection par Helicobacter pylori, un microbe qui provoque les ulcères d'estomac, un traitement par antibiotique doit être associé à l'inhibiteur de la pompe à proton.

Les douleurs des reflux gastriques et des ulcères d'estomac sont souvent décrites comme des brûlures... comme les douleurs dues à l'arrêt trop rapide des médicaments inhibiteurs de la pompe à proton (douleurs de sevrage).

Effets indésirables graves à long terme

Les inhibiteurs de la pompe à proton diminuent l'absorption de certains médicaments anti-tumoraux, antibiotiques ou antifongiques (contre les mycoses, c'est-à-dire les champignons). Sur de courtes périodes, ils provoquent quelques effets indésirables rares et peu graves : maux de tête et troubles digestifs divers. 

Par contre, à long terme, du fait que le suc gastrique est peu acide, ils peuvent provoquer :

  • des infections digestives ou pulmonaires ;
  • des fractures (le calcium étant moins bien absorbé) ;
  • des douleurs musculaires ou articulaires ;
  • des troubles de la composition du plasma sanguin : manque de sodium, de magnésium, de calcium, de vitamine B12 ;
  • des maladies rénales.

Surtout, le suivi de 350 000 patients pendant presque 6 ans a montré que la prise d'inhibiteur de la pompe à protons était liée à une augmentation de la mortalité.

Des précautions indispensables

  • Ne pas prendre inutilement des inhibiteurs de la pompe à proton "en prévention" chaque fois qu'on prend un médicament anti-inflammatoire.
  • Ne pas prendre inutilement une dose élevée.
  • Ne pas prolonger inutilement le traitement au-delà de 4 semaines, exceptionnellement 8 semaines.

Diminuer progressivement la dose

Chez les personnes qui prennent un inhibiteur de la pompe à proton pendant plusieurs mois, à l'arrêt du traitement, l'estomac a tendance à fabriquer encore plus d'acide qu'auparavant, ce qui peut entraîner des douleurs. La personne se persuade alors parfois qu'elle est "obligée" de continuer à prendre un traitement "à vie". C'est en réalité un syndrome de sevrage, comme pour l'alcool, le tabac, les médicaments dérivés de l'opium, les médicaments pour dormir et bien d'autres. Pour diminuer le "rebond", il est recommandé de diminuer lentement la dose avant d'arrêter.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Article rédigé par Jean Doubovetzky sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles. Date de publication : 27 juin 2021.

Crédit photo : Philipp Schüller sur Visual Hunt

Sources

  • Prescrire Rédaction “Reflux gastro-oesophagien chez un adulte” Premiers Choix Prescrire actualisation juin 2020 : 5 pages.
  • Prescrire Rédaction “Ulcère gastrique ou duodénal” Premiers Choix Prescrire actualisation juin 2020 : 8 pages.
  • Wolfe M et coll. “Proton pump inhibitors: Overview of use and adverse effects in the treatment of acid related disorders“. In: UpToDate, Post TW (Ed), UpToDate, Waltham, MA, USA. (Mise à jour avril 2021)
  • Prescrire Rédaction “Inhibiteurs de la pompe à protons : savoir éviter les risques injustifiés et savoir "déprescrire"“ Rev Prescrire 2021 ; 41 (450) : 256.

Rédigé par sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles.

CITER: Jean Doubovetzky "Inhibiteurs de la pompe à proton contre douleurs gastriques" ; 27 Juin 2021 ; site internet Anti Dr Knock (https://anti-knock.fr/blog-medicaments/inhibiteurs-pompe-proton-contre-douleurs-gastriques/)
PARTAGER CET ARTICLE :

Soutenez le travail et l'indépendance d'Anti Dr Knock sur Utip.

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Anti Dr Knock. Votre email n'est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d'un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.