Pros : Prescrire, août 2021, médicaments utiles et inutiles

Par le 2 septembre 2021, actualisé le 06 Mar 22.

POUR LES PROS :
L'article qui suit est complexe, et traite de maladies relativement rares. Il intéressera surtout les professionnels de santé, ainsi que les personnes atteintes par ces maladies et leurs proches.

Chaque mois, la revue indépendante Prescrire passe en revue les médicaments nouvellement commercialisés, ainsi que les nouvelles indications de médicaments déjà sur le marché. Elle en discute les mérites et démérites, par comparaison avec les autres traitements disponibles. Voici les médicaments qu'elle a examinés dans son numéro d'août 2021.

En France comme dans de nombreux autres pays, pour commercialiser un médicament, il faut démontrer qu'il est plus efficace qu'un placebo (a). Il faut aussi que ses bénéfices potentiels semblent supérieurs à ses effets indésirables aux yeux de l'agence du médicament.

Mais ce n'est pas parce qu'un médicament est plus efficace que "rien" qu'il est plus efficace que les traitements qui sont déjà disponibles.

La rédaction Prescrire classe les médicaments en 6 catégories, en fonction de leur utilité, par comparaison avec les autres traitements disponibles. Voici les évaluations Prescrire des nouveaux médicaments dans le numéro d'août 2021 (b)(réf. 1) :

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Bravo : 0 (zéro) progrès thérapeutique majeur dans un domaine où nous étions démunis

Rien en août 2021

Intéressant : 0 (zéro) progrès thérapeutique important, mais avec certaines limites

Rien en août 2021

Apporte quelque chose : 0 (zéro) apport limité

Rien en août 2021

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Beaucoup de médicaments commercialisés sont des "mee-too" ("moi aussi") : des cousins germains de médicaments déjà sur le marché, qui ne répondent qu'à une démarche marketing, sans aucun progrès pour les patients.

Éventuellement utile : 3 (trois) - intérêt thérapeutique supplémentaire minime

- Docétaxel (Taxotère° ou autre - un anticancéreux) (b) dans le cancer de la prostate métastasé hormonosensible.

- Rituximab (Mabthera° ou autre) dans certains lymphomes non hodgkiniens (des cancers graves du sang) chez les enfants : petite augmentation de la survie à 3 ans (95% au lieu de 87%), mais avec des effets indésirables graves (infections graves, troubles digestifs, atteintes cardiaques, cancers...)

- Étravirine (Intelence°) dans le HIV (infection par le virus du sida) chez les enfants âgés de 2 à 6 ans.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

N'apporte rien de nouveau : 2 (deux) - substance sans plus d'intérêt clinique que les autres substances du même groupe

- Imipénem + cilastatine + rélébactam (Recarbrio° - une association de trois antibiotiques) dans certaines infections graves

- Avapritinib (Ayvakyt°) dans certaines tumeurs rares de l'estomac ou du tube digestif

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Pas d'accord : 2 (deux) - aucun avantage évident, mais des inconvénients possibles ou certains

- Omalizumab (Xolair° - un anticorps par voie injectable) dans la polypose nasale (inflammation chronique du nez avec polypes). Pour Prescrire : "une efficacité trop faible, de pertinence clinique incertaine" (autrement dit, qui ne change pas grand chose pour les patients) et "des effets indésirables parfois graves" : allergies parfois graves, infections troubles digestifs, troubles neurologiques, thromboses (caillots sanguins) dans les artères, le coeur, le cerveau), etc.

- Nintédanib (Ofev°) dans la pneumopathie interstitielle en lien avec une sclérodermie systémique, autrement dit atteinte pulmonaire liée à une maladie inflammatoire générale grave. Pour Prescrire : "Dans un essai randomisé en double aveugle versus placebo" (les essais typiques à visée démonstrative en médecine), "le nintédanib a ralenti de façon très modeste la dégradation de la fonction respiratoire". Autrement dit, il a amélioré quelques résultats de mesure, mais il n'a pas allongé la vie ni diminué les symptômes pénibles de la maladie. Et ses effets indésirables sont parfois graves : caillots sanguins dans des veines (phlébites) et des artères (dont des infarctus du myocarde), hypertension artérielle, hémorragies, troubles digestifs (diarrhées, vomissements, perforations digestives, atteintes hépatiques), etc.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

La rédaction ne peut se prononcer : 2 (deux)

- Onasemnogène abéparvovec (Zolgensma°) dans l'amyotrophie spinale proximale (une maladie neurologique grave d'origine génétique)

- Brentuximab védotine (Adœtris°) (un anticancéreux associé à un anticorps) dans le lymphome anaplasique à grandes cellules systémique en première ligne (une forme de cancer des globules blancs)

Je recommande à tous les professionnels de santé de ne pas se contenter des informations limitées de ce blog et d'aller lire les arguments détaillés à la source.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

a- Un placebo est "une substance sans principe actif (donc sans effet pharmacologique) mais dont la prise peut avoir un effet psychologique bénéfique pour le patient" ou encore (autre définition) "une préparation dépourvue de tout principe actif, utilisée à la place d'un médicament pour son effet psychologique, dit effet placebo" (ref. 2). À noter qu'un placebo ou un médicament peut aussi avoir des effets négatifs, et provoquer des effets indésirables : c'est l'effet nocebo.

b- Les médicaments sont nommés par leur dénomination commune internationale, autrement dit, par le nom que leur donne l'OMS. Le nom de marque est éventuellement indiqué entre parenthèses et marqué du signe °. Lire à ce sujet "Le véritable nom des médicaments".

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Article rédigé par Jean Doubovetzky sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles.

Crédit Photo : danielfoster437 on Visualhunt.com

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sources

1- Prescrire Rédaction “Rubrique : Le rayon des nouveautés" Rev Prescrire 2021 ; 41 (454) : 564-577.
2- Prescrire Rédaction “Essais cliniques versus placebo : divers types de placebos, dits purs, impurs voire faux placebos" Rev Prescrire 2020 ; 40 (442) : 621-624.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Anti Dr Knock. Votre email n'est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d'un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.


Rédigé par sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles.

CITER: Jean Doubovetzky "Pros : Prescrire, août 2021, médicaments utiles et inutiles" ; 02 Sep 2021 ; site internet Anti Dr Knock (https://anti-knock.fr/blog-medicaments/prescrire-aout-2021-medicaments-utiles-et-inutiles/)
PARTAGER CET ARTICLE :

Soutenez le travail et l'indépendance d'Anti Dr Knock sur Utip.

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Anti Dr Knock. Votre email n'est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d'un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.