L'eau (presque) partout polluée par les médicaments

Par le 26 mars 2023, actualisé le 27 Mar 23.

Dans une étude collaborative internationale menée en plus de 1000 endroits situés dans 105 pays des 5 continents, seulement 3 cours d'eau ne contenaient aucun médicament.
Les dangers de cette pollution ne concernent pas seulement les animaux, mais aussi les humains. Il est plus que temps de diminuer nos rejets médicamenteux dans la nature.

Les chercheurs de 104 pays ont collaboré à cette étude. Auparavant, la plupart des recherches de ce type avaient été menées en Amérique du Nord et en Europe. 1052 échantillons d'eau ont été prélevés dans 258 cours d'eau : ruisseaux, canaux, rivières, fleuves… Les analyses y ont recherché 61 molécules médicamenteuses très diverses, les mêmes dans chaque échantillon (a).

Des médicaments presque dans tous les cours d'eau

Parmi les molécules trouvées sur tous les continents (sauf l'Antartique), quelques unes sont également des sous-produits de consommation courante (caféine, nicotine et cotinine). Mais la plupart ne le sont pas (b). De nombreux médicaments de diverses sortes ont été détectés dans de nombreux cours d'eau : antidouleurs, antibiotiques, antidépresseurs, tranquillisants, médicaments du cœur et des vaisseaux comme des bêta-bloquants, etc.
Sur 258 cours d'eau, seulement 3 ne contenaient pas de médicament : 2 en Islande et 1 dans la forêt amazonienne, au Vénézuéla.

Des concentrations toxiques pour les organismes aquatiques

Dans de nombreux cours d'eau, plusieurs dizaines de médicaments ont été détectés : 34 à Hong-Kong, 32 à Vienne, 29 à Bruxelles… Les concentrations étaient plus élevées dans des pays du Sud à revenu intermédiaire bas : des zones où l'accès aux médicaments augmente plus vite que les systèmes de traitement des eaux usées.
Les effets toxiques de certaines médicaments sur les organismes vivant dans les eaux commencent à être connus. Ce qui permet d'affirmer que dans un quart des sites étudiés, au moins un médicament a été trouvé à des concentrations toxiques pour le milieu.
Cette toxicité n'est pas sans conséquence pour les humains. Elle peut entraîner le développement de bactéries ou de virus résistants, ce qui est considéré comme une des plus grandes menaces pour la santé publique mondiale par l'Organisation mondiale de la santé. Elle peut aussi avoir des conséquences sur la fertilité et sur la reproduction de différents organismes.
D'autre part, la pollution des eaux de boisson humaine par les médicaments peut avoir des conséquences encore mal connues, notamment sur les enfants. Il est possible que des médicaments en très faible concentration provoquent tout de même le développement d'allergies. Et on connait très mal les conséquences de l'absorption simultanée de nombreux médicaments en faible quantité.

Prendre tout de suite des précautions

Les conséquences connues de la présence de médicaments dans le milieu naturel sont surtout le développement de résistances aux antibiotiques et des troubles de la fertilité et de la reproduction. Il est possible que ces troubles participent à la diminution de la fertilité chez les humains.
Dans tous les cas, la prudence est de réduire les émissions de médicaments dans la nature, et notamment dans les eaux.
À mon avis (mais je ne suis pas seul), quelques pistes peuvent alimenter la réflexion, et peut-être l'action.

  • Réduire la consommation humaine de médicaments au minimum nécessaire. Éviter leur stockage prolongé inutile à domicile ; organiser leur collecte et leur destruction lorsqu'ils sont périmés.
  • Réduire la consommation animale de médicaments - en particulier pour les antibiotiques. Pour cela, deux voies semblent aller de soi. D'une part, la diminution de la consommation de viande, permettant de réduire la production. D'autre part, la diminution des fermes-usines consommatrices de médicaments en raison de la promiscuité et des risques accrus d'épidémies locales.
  • Améliorer le traitement des eaux et la dépollution (en particulier dans les usines de production des médicaments) et mieux surveiller la présence de médicaments dans les eaux potables.
a- Le terme technique exact est "principe actif médicamenteux". Il s'agit des molécules dont on attend une action pharmacologique (par exemple le paracétamol ou l'amoxicilline). D'autres molécules contenues dans les médicaments sont utilisées comme excipients ou "substances d'emballage". Elles servent à rendre le principe actif plus facile à conserver, à transporter et à absorber, en modifiant par exemple sa consistance, sa capacité à se dissoudre, son aspect, sa couleur ou son goût.
L'amidon de blé, le lactose, le talc, l'arginine, le bicarbonate de sodium, le fructose, le saccharose, le chlorure de sodium, la gélatine, l'huile d'arachide, le miel et bien d'autres substances peuvent être utilisées comme excipients. Certains excipients peuvent provoquer des effets indésirables (par exemple l'alcool !). On parle alors d'excipients à effet notoire.
Sources :
"Excipient", Dictionnaires Le Robert - Le Grand Robert de la langue française version électronique 2017.
Prescrire rédaction "Excipient" (glossaire), Rev Prescrire, 2023 ; 43 (473) : 237.
"Excipient", sur la page "Définitions critiques" du site Pla.ce.bo.free.fr
Torche S et Beroual K "Pharmacologie générale, chap. 2, La pharmacie galénique" (2010-2011), 10 pages
b- Il s'agit d'un antidouleur (paracétamol), un médicament cardiovasculaire (aténolol), plusieurs antidépresseurs (citalopram, desvenlafaxine, venlafaxine), un tranquillisant (témazépam), un antiépileptique (carbamazépine), deux anti-allergiques (cétirizine, féxofénadine), un anticonvulsivant (gabapentine), un anesthésique (lidocaïne), deux antidiabétiques (metformine, sitagliptine), un anti-inflammatoire (naproxène), un antibiotique (trimétoprime).

Sources :
- Prescrire rédaction “Résidus de médicaments dans les eaux : une pollution diffuse et complexe” Rev Prescrire 2019 ; 39 (432) : 779-781 et "Pollution mondiale des cours d’eau par les médicaments" Rev Prescrire 2022 ; 42 (469) : 867.
- Wilkinson JL et coll. “Pharmaceutical pollution of the world’s rivers” PNAS 2022 ; 119 (8) : e2113947119, 10 pages.
- Geffard A "L'impact des médicaments sur l'environnement étudié dans des rivières artificielles" Site internet The Conversation, version française, 25 février 2021, 6 pages.

Crédit photo :
Image n°1 - "Pollution sur une plage à Straham, Tasmanie, Australie" Copyright Jean Doubovetzky
Image n°2 - Extraite de Wilkinson JL et coll. “Pharmaceutical pollution of the world’s rivers
avec modifications


Rédigé par sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles.

CITER: Jean Doubovetzky "L'eau (presque) partout polluée par les médicaments" ; 26 Mar 2023 ; site internet Anti Dr Knock (https://anti-knock.fr/blog-actualites/leau-presque-partout-polluee-par-les-medicaments/)
PARTAGER CET ARTICLE :

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Anti Dr Knock. Votre email n'est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d'un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.