La rhino de l’enfant : sans gravité

La rhino de l’enfant guérit sans traitement. Du paracétamol, du sérum physiologique, des sucreries ou boissons sucrées suffisent généralement à soulager en attendant la guérison. Une consultation médicale est rarement utile.

La rhino de l’enfant est un rhume (a).

De nombreuses sortes de virus peuvent provoquer des rhinos : rhinovirus mais aussi coronavirus, virus influenza, adénovirus, etc. Chaque infection aboutit à une immunité durable, mais il y a tant de virus que beaucoup d’enfants traversent plusieurs dizaines de rhinos. Les virus se transmettent par les aérosols (toux, éternuements) et par les mains. Des mouchoirs jetables et le lavage des mains et des surfaces diminuent leur transmission.

Une maladie très fréquente

Sous les climats tempérés, les enfants âgés de deux à six ou sept ans ont en moyenne 6 à 8 rhinos par an : parfois une par mois de septembre à avril, chaque épisode pouvant durer une à deux semaines. Les enfant plus âgés ont moins de rhinos. Les enfants qui vivent en atmosphère polluée par le tabac ont plus de rhinos.

Des symptômes variés

Chez les très jeunes enfants, la rhino se traduit surtout par de la fièvre et un écoulement de nez (rhinorrhée), avec parfois des difficultés à s’alimenter, une diminution de l’appétit, un énervement et des difficulté à dormir. Chez les enfants plus âgés, les éternuements, l’écoulement et la congestion nasales (nez bouché) sont les symptômes les plus fréquents. Il peut s’y ajouter de la toux, un visage rouge et chaud, des maux de tête, un mal de gorge, de la fatigue, une sensation de « ne pas être bien », des envies de vomir ou une conjonctivite (yeux rouges). Certains symptômes sont parfois légers ou absents. Par exemple, la fièvre est rare en cas de rhino chez les grands enfants.

La rhino est parfois difficile à distinguer d’une rhinite allergique (qui ne provoque pas de fièvre), d’un début de grippe (qui survient par épidémies en hiver), d’une sinusite.

Une à deux semaines pour guérir

Les symptômes diminuent au fil des jours, mais la plupart des enfants ont encore des troubles au bout de 10 jours d’évolution. La toux diminue parfois plus lentement et peut durer une ou deux semaines de plus.

La rhino provoque des douleurs d’oreille à un moment ou à un autre chez plus de la moitié des enfants. Elle peut aussi se compliquer d’une otite et rarement, d’une infection pulmonaire.

Des sécrétions nasales épaisses, de couleur jaune ou verte n’indiquent pas de complication particulière et ne doivent pas inquiéter.

Les parents sont souvent effrayés par la toux et la fièvre de leur enfant.

Une consultation médicale est parfois utile

Il est utile de consulter
– chez les nourrissons : en cas de fièvre élevée, de toux importante, de mal à respirer, de pleurs qui ne se calment pas ou de symptômes prolongés (10 jours ou plus)
– chez les enfants plus âgés : en cas de douleur non calmée par les antidouleurs, de fatigue intense, de symptômes inhabituels ou prolongés, de soupçon de covid-19 (cas contact, perte de l’odorat et du goût, etc.)

Quelques traitements simples suffisent

Le plus souvent, une rhino ne nécessite pas de consultation médicale. Aucun médicament n’accélère la guérison des rhinos. Mais on peut diminuer les symptômes avec du paracétamol (b) en cas de fièvre ou de douleurs, des gouttes nasales de sérum physiologique pour aider à évacuer les sécrétions et des boissons abondantes. Des sucreries ou des boissons sucrées aident à apaiser la toux et le mal de gorge.

Lire aussi : La rhino de l’enfant : médicaments ; Fabriquer et utiliser du sérum physiologique pour la rhino de l’enfant

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

a- Les mots rhino, rhinopharyngite, coryza et rhume désignent la même chose.

b- La bonne dose de paracétamol est d’environ 15 mg par kilo de poids, soit 150 mg pour un enfant de 10 kilos, 200 mg pour un enfant de 15 kilos, 300 mg pour un enfant de 20 kilos, 500 mg pour un enfant de 30 kilos. On peut donner une dose matin, midi et soir, et si nécessaire dans la nuit, soit 3 ou 4 doses par 24 heures.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Article rédigé par Jean Doubovetzky sans conflit d’intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l’assurance maladie et les compagnies d’assurance ou mutuelles.

Crédit photo : pilllpat (agence eureka) sur VisualHunt.com

Sources
– Prescrire Rédaction “Rhume” Premiers Choix Prescrire actualisation juin 2021 : 5 pages.
– Prescrire Rédaction « Inhibiteurs de la pompe à protons : savoir éviter les risques injustifiés et savoir “déprescrire”  » Rev Prescrire 2021 ; 41 (450) : 256.
– Pappas DE et coll. « The common cold in children: Clinical features and diagnosis ». In: UpToDate, Post TW (Ed), UpToDate, Waltham, MA, USA. (Mis à jour en septembre 2021)

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d’Anti Dr Knock. Votre email n’est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d’un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.


CITER: Jean Doubovetzky "La rhino de l’enfant : sans gravité" ; 06 Nov 2021 ; site internet Anti Dr Knock (https://anti-knock.fr/blog-medecine/la-rhino-de-lenfant-sans-gravite/)
Soutenez le travail et l'indépendance d'Anti Dr Knock sur Utip.
PARTAGER CET ARTICLE :