Le clitoris, un organe à mieux connaître

Par le 27 novembre 2022, actualisé le 27 Nov 22.

Le clitoris est un organe mal connu. On pense parfois - à tort - qu'il est "tout petit". Une expression un peu crue dit même "aussi difficile à trouver qu'un clitoris". Son anatomie et ses fonctions sont mal connues, parce qu'elles ont été peu étudiées. Raison de plus pour bien connaître le peu qu'on sait.

Le clitoris est un organe uniquement féminin. Il n'est pas possible de le voir dans son ensemble, car il a une petite partie externe et une partie interne, bien plus grande. On ne peut voir que son extrémité, située à l'avant de la vulve, là où se réunissent les petites lèvres du vagin, au-dessus de l'ouverture de l'urètre (canal qui permet d'uriner). C'est le gland, partiellement recouvert par un petit capuchon ou prépuce. Il est parfois totalement enfoui sous les replis de peau et dans ce cas, on ne peut pas le voir.
On manque d'études anatomiques et de statistiques sur les dimensions des différents éléments du clitoris chez les femmes de différentes régions du monde. Cependant le gland semble souvent gros comme une noisette ou une amande.

La partie cachée du clitoris

Mais la partie visible du clitoris se prolonge dans l'intérieur des chairs, se recourbe : c'est le genou du clitoris, où se trouve un ligament qui le suspend au pubis. Puis le clitoris s'élargit (c'est la "partie intermédiaire"). Il se sépare ensuite en deux ailes (les corps caverneux) qui s'étendent vers l'arrière, à droite et à gauche, et l'attachent aux os du bassin. En dedans des corps caverneux se trouvent les bulbes vestibulaires qui s'allongent des deux côtés du vagin. Ces éléments (corps caverneux et bulbes) sont souvent longs de 8 à 10 cm.

Les corps caverneux s'accrochent aux os du bassin
et les bulbes vestibulaires du clitoris entourent le vagin,
sous les petites lèvres du vagin.

Les corps caverneux et les bulbes vestibulaires

Les corps caverneux et les bulbes vestibulaires sont formés de tissu érectile. Sous l'effet de l'excitation sexuelle, les nerfs envoient des signaux aux muscles qui entourent les vaisseaux et les cavités des tissus érectiles, et leurs commandent de se relâcher. Vaisseaux et tissus érectiles se gonflent de sang et augmentent de volume.

Les nerfs du clitoris

Les nerfs du clitoris sont nombreux et développés. Il y en aurait au moins trois fois plus que dans le pénis masculin. Le clitoris renferme aussi un grand nombre de mécanorécepteurs, autrement dit de récepteurs sensibles aux mouvements et frottements. On n'a pas retrouvé de structures nerveuses équivalentes dans les autres parties des organes génitaux externes féminins : en particulier, pas dans le vagin.
On en conclut que la fonction du clitoris est principalement de donner du plaisir sexuel.
Au cours de l'excitation, certains nerfs provoquent aussi des contractions de certains muscles. Elles favorisent le contact entre les diverses parties du clitoris et les parois du vagin ou bien elles font ressortir le gland.

Les différents éléments du clitoris
entourent l'ouverture et les premiers centimètres du vagin.

Vérités et légendes de l'orgasme féminin

Depuis quelques dizaines années, on a commencé d'étudier de manière scientifique l'excitation sexuelle et l'orgasme féminin. Des enregistrements d'images échographiques ou IRM ont été réalisés lors de la masturbation par frottement du gland, lors d'une pénétration vaginale ou lors d'un coït. On a ainsi pu déterminer que les rares corpuscules sensitifs et nerfs des parois du vagin participent très peu (ou pas du tout) au plaisir féminin, qui repose sur les différents éléments du clitoris parfois stimulés à travers la paroi du vagin. Et aussi sur ... le cerveau, bien entendu.

Le mystère du point G

On parvient aussi à expliquer le mystère du "point G". Le point G est une petite zone située à l'intérieur du vagin, sur sa paroi antérieure, à quelques centimètres de son ouverture. Des femmes ont signalé que sa stimulation provoque un plaisir particulier et même parfois une sorte d'éjaculation. Mais les dissections anatomiques (sur des cadavres) ou les examens divers n'ont trouvé aucune particularité de la paroi de vagin à cet endroit là. Des chercheurs ont donc mis en doute l'existence du point G. Jusqu'à ce qu'on se rende compte que derrière la paroi du vagin, on trouve une région du clitoris particulièrement sensible. Une fois encore, c'est donc bien le clitoris qui explique le plaisir féminin, même lors de la stimulation apparente du vagin.
On peut en tirer une autre leçon : lorsque les gens, hommes ou femmes, décrivent un phénomène qu'ils ressentent, les médecins et les hommes de science ont généralement intérêt à les croire, même lorsqu'ils sont dans l'incapacité d'expliquer ce phénomène…

1- Gland du clitoris. 2- Prépuce ou capuchon du clitoris. 3- Corps caverneux.
4- Bulbes vestibulaires du clitoris. 5- Grandes lèvres. 6- Petites lèvres.
7- Urètre. 8- Ouvertures des glandes para-urétrales (ou glandes de Skene).
9- Vestibule du vagin. 10- Vagin. 11- Glande principale du vestibule (ou glande de Bartholin).
12- Périnée. 13- Anus. 14- du capuchon du clitoris.

Excision

Connaître le clitoris, son anatomie et sa fonction peut aider les femmes à avoir une vie sexuelle satisfaisante.
La connaissance du clitoris a aussi des conséquences médicales.
Dans certaines régions du monde, il est traditionnel de faire passer les femmes "sous la lame". Il s'agit de l'excision, qui consiste à enlever une partie des organes génitaux externes féminins : le gland du clitoris, et parfois les petites lèvres du vagin, plus parfois encore les grandes lèvres, avec dans certains cas une suture pour fermer l'orifice du vagin.

Et réparation

Les complications de ces mutilations sont parfois mortelles, et beaucoup de femmes en meurent chaque année. Et on comprend facilement que la plupart de des femmes ainsi amputées ont du mal à ressentir du plaisir sexuel.
Mais les grandes dimensions du clitoris permettent une chirurgie réparatrice. On peut tirer le genou du clitoris et le courber, puis le fixer de manière à fabriquer un nouveau gland au clitoris, et dans beaucoup de cas, à rétablir sa fonction de plaisir (qui nécessite souvent aussi une prise en charge psychologique).
En France, cette intervention est fort heureusement remboursable par l'assurance maladie. Nous y reviendrons plus en détail dans un prochain article.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Crédit photo :
n°1 - Clitoris rings par Nick Normal sur Flickr
n°2 - Schéma structurel du clitoris d'après les travaux du dr. H. O'Connel
(O’Connell HE et coll. "Anatomical relationship between urethra and clitoris". J Urol 1998 ; 159 (6):1892-1897) (Domaine public) sur Wikipedia
n°3 et n°4 - Par Sciencia58 — Travaux personnels d'après les dessins anatomiques de NA Dziwizh (Creative Commons) sur Wikipedia

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sources

Rédigé par sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles.

CITER: Jean Doubovetzky "Le clitoris, un organe à mieux connaître" ; 27 Nov 2022 ; site internet Anti Dr Knock (https://anti-knock.fr/blog-medecine/le-clitoris-un-organe-a-mieux-connaitre/)
PARTAGER CET ARTICLE :

Soutenez le travail et l'indépendance d'Anti Dr Knock sur Utip.

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Anti Dr Knock. Votre email n'est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d'un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.