Des médicaments à ne pas utiliser

Par le 3 décembre 2021, actualisé le 17 Mar 22.

Depuis 10 ans, Prescrire publie chaque année une liste "des médicaments à écarter pour mieux soigner". La liste 2022 comporte 105 médicaments officiellement autorisés en Europe, dont 89 sont commercialisés en France. Ils sont parfois d'usage très courant. Ce sont par exemple certains médicaments anti-cholestérol, antidiabétiques, anti-inflammatoires, médicaments du rhume ou antidépresseurs.

Refusant toute subvention et ressource publicitaire, la rédaction Prescrire suit des procédures transparentes et rigoureuses : recherche documentaire méthodique, examen critique des données disponibles, évaluation comparative des bénéfices potentiels et des risques, plusieurs étapes de vérification des textes, etc.

Des bénéfices mal établis ou insuffisants par rapport aux risques

Parfois, les médicaments que la rédaction Prescrire juge "à écarter" font courir des risques importants pour un bénéfice minime. Ou bien leur efficacité est mal démontrée. Ou bien ils sont moins efficaces ou font courir plus de risques que d'autres médicaments disponibles. Le plus souvent, il est possible d'utiliser d'autres traitements à leur place. Dans certains cas, la solution la plus sage est de se passer de tout médicament.

Des médicaments d'usage parfois très courant

La liste complète des médicaments qu'elle estime à éviter (avec de bonnes raisons) est en accès libre sur le site Prescrire. Nous reviendrons plus en détail sur certains d'entre eux dans d'autres articles. En attendant, voici une brève présentation de certains d'entre eux, qui me semblent parmi les plus utilisés, d'après ce que j'ai pu observer depuis mon cabinet médical. Si vous prenez certains de ces médicaments, je vous suggère d'aller voir votre médecin traitant ou le médecin qui vous les a prescrits, et de rechercher avec lui une alternative.

Le choix rationnel d'un traitement impose de comparer soigneusement les bénéfices potentiels et les risques de tous les médicaments disponibles.

- Médicaments anti-cholestérol. Bézafibrate (Béfizal°), ciprofibrate (Lipanor° ou autre), fénofibrate (Lipanthyl° ou autre) (a). Ils font baisser le cholestérol mais il n'est pas démontré qu'ils diminuent le risque cardiaque. Et ils provoquent de nombreux effets indésirables parfois graves. concernant la peau, le sang, les reins.

- Médicaments anti-diabétiques. saxagliptine (Onglyza° et dans Komboglyze°), sitagliptine (Januvia°, Xelevia° et dans Janumet° et Velmetia°) vildagliptine (Galvus° et dans Eucreas°). Ils font baisser la glycémie mais il n'est pas démontré qu'ils diminuent les complications du diabète. Et ils provoquent des effets indésirables parfois graves qui peuvent être des infections, des allergies graves ou des atteintes du pancréas ou de l'intestin.

- Médicaments anti-inflammatoires.
acéclofénac(Cartrex° et autre),diclofénac(Voltarère° ou autre) par voie orale (en comprimés ou gélules). Ils ne sont pas plus efficaces que les autres anti-inflammatoires, et ils peuvent provoquer des effets indésirables cardiaques graves (infarctus du myocarde, insuffisances cardiaques) et parfois mortels.
célécoxib (Celebrex° ou autre), étoricoxib (Arcoxia° ou autre), parécoxib (Dynastat°). Ils ne sont pas plus efficaces que les autres anti-inflammatoires, et ils peuvent provoquer plus d'accidents cardiovasculaires comme des thromboses (caillots de sang dans les vaisseaux) et infarctus du myocarde.
kétoprofène en gel (Ketum° gel ou autre) provoque plus de réactions cutanées graves que les autres anti-inflammatoires en gel sans être plus efficace.

- Médicaments de la toux et du mal de gorge.
ambroxol (Muxol° et autre), bromhexine (Bisolvon°) ne sont pas d'efficacité meilleure qu'un placebo contre la toux ou le mal de gorge, et peuvent provoquer des maladies de peau ou des allergies graves, voire mortelles.
alpha-amylase (Maxilase° ou autre) n'a pas d'efficacité démontrée contre le mal de gorge et provoque des troubles cutanés et des allergies parfois graves.

- Médicaments du rhume.
éphédrine, naphazoline, oxymétazoline, phényléphrine, pseudoéphédrine, tuaminoheptane : décongestionnants du nez par voie orale (comprimés ou gélules) ou par voie nasale. Ils peuvent provoquer des poussées d'hypertension, des accidents vasculaires cérébraux (attaques cérébrales), des troubles du rythme cardiaque, des atteintes de l'intestin ou des yeux par manque d'oxygène local. Ces accidents parfois graves, voire mortels, sont sans proportion avec le bénéfice qui est simplement de déboucher temporairement le nez.

- Médicaments antidépresseurs.
aglomélatine (Vladoxan° ou autre). Sans plus d'efficacité démontrée qu'un placebo, peut provoquer des hépatites, des pancréatites, des suicides, des accès d'agressivité, des troubles allergiques graves, voire mortels.
citalopram (Séropram° ou autre), escitalopram (Séroplex° ou autre), peuvent provoquer des troubles du rythme cardiaque, et peuvent être dangereux en cas de surdose.
duloxétine (Cymbalta° ou autre), milnacipran (Milnacipran Arrow° ou autre), venlafaxine (Effexor LP° ou autre). Peuvent provoquer des hypertensions artérielles, des troubles du rythme cardiaque, et même, pour la venlafaxine des arrêts cardiaques en cas de surdose.
tianépine (Stablon°). N'a pas plus d'effet démontré qu'un placebo et expose à des hépatites, des atteintes allergiques cutanées parfois graves, parfois mortelles.

- La liste Prescrire comporte aussi des médicaments anticancéreux, des médicaments destinés au cœur, à la peau, à l'estomac, à l'intestin, à l'oeil, aux organes urinaires, des médicaments pour perdre du poids ou arrêter de fumer, des médicaments de l'arthrose, de l'ostéoporose, de la maladie d'Alzheimer et des troubles cognitifs du vieillissement, de la sclérose en plaques, des médicaments gynécologiques, psychiatriques, des myorelaxants (relaxants musculaires), des antibiotiques, etc.

a- Les noms des médicaments proposés par l'OMS ou DCI (dénominations communes internationales) sont indiqués en italiques. Les noms de fantaisie (noms de marque) sont indiqués par le signe «°» qui est l'équivalent de «®».

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Article rédigé par Jean Doubovetzky sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles.

Crédit photo : ☼☼Jo Zimny Photos☼☼ on Visualhunt.com

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sources
Prescrire rédaction "Prescrire publie son bilan 2022 des médicaments à écarter des soins et à remplacer par de meilleures options" 1er décembre 2021. En accès libre sur le site Prescrire.
- "Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2022" Rev Prescrire 2021 ; 41 (458) : 935-947.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Anti Dr Knock. Votre email n'est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d'un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.


Rédigé par sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles.

CITER: Jean Doubovetzky "Des médicaments à ne pas utiliser" ; 03 Déc 2021 ; site internet Anti Dr Knock (https://anti-knock.fr/blog-actualites/des-medicaments-a-ne-pas-utiliser/)
PARTAGER CET ARTICLE :

Soutenez le travail et l'indépendance d'Anti Dr Knock sur Utip.

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Anti Dr Knock. Votre email n'est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d'un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.