Somnambulisme dû à des médicaments

Par le 13 juin 2023, actualisé le 13 Juin 23.

Le somnambulisme touche occasionnellement beaucoup d'enfants, mais peu d'adultes.
Parmi ses causes : la prise de certains médicaments.

Les médicaments sont nommés par leur dénomination commune internationale, autrement dit, par le nom que leur donne l'OMS (sans majuscule, en italiques). Le nom de marque est éventuellement indiqué entre parenthèses et marqué d'une majuscule et du signe °. Lire à ce sujet l'article "Le véritable nom des médicaments".

Fréquent chez les enfants

Le somnambulisme est la survenue de comportements automatiques pendant le sommeil, comme la marche ou des comportements alimentaires (a). Le somnambulisme fait partie d'un groupe de troubles du sommeil appelé "parasomnies", avec par exemple le bruxisme (grincements de dents) ou les terreurs nocturnes. Il est relativement fréquent chez les enfants, en particulier avant l'âge de 6 ans (b). Puis sa fréquence diminue. Il touche peut-être occasionnellement 15% à 20% des jeunes enfants, mais il ne concerne plus que peut-être 4% des adultes.

Le somnambulisme peut être à l'origine de blessures dues à des accidents ou des chutes. Les comportements alimentaires automatiques nocturnes peuvent provoquer des intoxications par prise d'aliments non comestibles ou toxiques, et aussi des prises de poids

Des facteurs favorisants à rechercher

Parmi les facteurs favorisant le somnambulisme, on relève le manque de sommeil, les troubles du rythme du sommeil (par exemple lors de voyages ou dus aux rythmes de travail), la fièvre et les épisodes de maladie aiguë, le stress, la prise d'alcool avant le coucher, mais aussi l'utilisation de certains médicaments.

Des médicaments parfois en cause

Les médicaments en cause agissent le plus souvent sur le système nerveux (psychotropes).

  • des tranquillisants et des somnifères de la famille des benzodiazépines et apparentés : zolpidem, zopiclone et eszopiclone, clonazépam, alprazolam, témazépam.
  • des antidépresseurs variés : duloxétine, venlafaxine, sertraline, fluoxétine, escitalopram, vortixétine.
  • des neuroleptiques dits "atypiques" : quétiapine, aripiprazole, olanzapine, ziprasidone.
  • un antiépileptique : le topiramate.
  • un anti-histaminique ayant des propriétés sédative : la prométhazine.
  • des psychostimulants : dexamfétamine, lisdesamphétamine, armodafinil, méthylphénidate, phentermine, modafinil.
  • et aussi un médicament rare : l'oxybate de sodium, utilisé dans la narcolepsie

En cas de survenue d'un somnambulisme, il est donc important de se demander "et si c'était le médicament ?" et de chercher à modifier le traitement avec son médecin.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

a- Il faut faire la différence entre d'une part l'hyperphagie nocturne, où la personne mange la nuit, mais en état d'éveil, et d'autre part les comportements alimentaires automatiques, où elle est en état de sommeil, même si elle mange (parfois après avoir chauffé les plats) et où elle n'en garde pas le souvenir.

b- Dans une grande étude menée au Québec, presque 90 enfants âgés de moins de 6 ans sur 100 ont eu au moins un épisode de parasomnie. Par ordre de fréquence : des grincements de dent ou bruxisme (46 enfants sur 100), des terreurs nocturnes (40 enfants sur 100), de l'énurésie ou pertes d'urines (25 enfants sur 100), du somnambulisme (15 enfants sur 100), des mouvements rythmiques anormaux comme de se frapper la tête (9 enfants sur 100).

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sources :
- "Somnambulismes d’origine médicamenteuse et troubles alimentaires pendant le sommeil" Prescrire 2023 ; 43 (473) : 194-195.
- Morse AM et coll. "Parasomnias of childhood, including sleepwalking" et Vaughn B et coll. "Approach to abnormal movements and behaviors during sleep" In: UpToDate, Post TW (Ed), UpToDate, Waltham, MA, USA. (Mis à jour en mai 2023).

Crédit photos :
Image n°1 : "Sleepwalker" par Nadi0 sur Flikr (recadré)

Rédigé par sans conflit d'intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l'assurance maladie et les compagnies d'assurance ou mutuelles.

CITER: Jean Doubovetzky "Somnambulisme dû à des médicaments" ; 13 Juin 2023 ; site internet Anti Dr Knock (https://anti-knock.fr/blog-actualites/somnambulisme-du-a-des-medicaments/)
PARTAGER CET ARTICLE :

Chaque mois, recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Anti Dr Knock. Votre email n'est jamais cédé à tiers, vous pouvez vous désinscrire à tout moment d'un clic, un lien étant présent dans chaque envoi à ces fins.