Pros : Prescrire, sept. 2021, médicaments utiles et inutiles

Chaque mois, la revue indépendante Prescrire passe en revue les médicaments nouvellement commercialisés, ainsi que les nouvelles indications de médicaments déjà sur le marché. Elle en discute les mérites et démérites, par comparaison avec les autres traitements disponibles. Voici les médicaments qu’elle a examiné dans son numéro de septembre 2021.

En France comme dans de nombreux autres pays, pour commercialiser un médicament, il faut démontrer qu’il est plus efficace qu’un placebo (a). Il faut aussi que ses bénéfices potentiels semblent supérieurs à ses effets indésirables aux yeux de l’agence du médicament.

Mais ce n’est pas parce qu’un médicament est plus efficace que « rien » qu’il est plus efficace que les traitements qui sont déjà disponibles.

La rédaction Prescrire classe les médicaments en 6 catégories, en fonction de leur utilité, par comparaison avec les autres traitements disponibles. Voici les évaluations Prescrire des nouveaux médicaments dans le numéro de septembre 2021 (b)(réf. 1) :

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Bravo (progrès thérapeutique majeur dans un domaine où nous étions démunis) : 0

Rien en septembre 2021

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Intéressant (progrès thérapeutique important, mais avec certaines limites) : 0

Rien en septembre 2021

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Apporte quelque chose (apport limité) : 3

– Budésonide (Jorveza°) (b) en comprimés dans l’œsophagite à éosinophiles : une inflammation plutôt rare de l’oesophage due à un mécanisme de type allergique. Le traitement soulage les douleurs chez environ la moitié des malades. Les effets indésirables les plus fréquents sont des mycoses de l’œsophage, de de la bouche ou de la gorge.

– Tozinaméran (Comirnaty°) : vaccin contre la covid-19 chez les adolescents âgés de 12 ans et plus. Dans cette tranche d’âge, le vaccin semble aussi efficace que chez les adultes. Il provoque surtout des effets indésirables locaux, des syndromes grippaux ans les jours suivant l’injection et de rares myocardites (inflammation du muscle du cœur).

– Glucagon en pulvérisations nasales (Baqsimi°) dans les hypoglycémies (diminution anormale du glucose dans le sang) avec perte de connaissance. Chez les diabétiques traités par insuline, les hypoglycémies graves conduisent à la perte de connaissance, au coma et parfois à la mort. Le glucagon est un traitement essentiel qui permet au malade de revenir à la conscience (souvent au bout d’environ un quart d’heure). La nouveauté réside dans les pulvérisations nasales, plus faciles à utiliser que la forme injectable qui était jusqu’alors la seule existante.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

L’interprétation de cette annonce dépend beaucoup
de la traduction et de la ponctuation…

Éventuellement utile (intérêt thérapeutique supplémentaire minime) : 2

– Encorafénib (Braflovi°) dans certains cancers du côlon ou du rectum avec métastases (avec mutation BRAF V600E). En association avec le cétuximab, par comparaison avec la chimiothérapie de référence, il a augmenté d’au moins 3 mois la durée de vie chez la moitié des malades.

– Lidocaïne en gel (Ophtesic°) pour l’anesthésie oculaire. Son effet anesthésiant dure plus longtemps que celui des anesthésiques en gouttes (collyres).

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

N’apporte rien de nouveau (substance sans plus d’intérêt clinique que les autres substances déjà disponibles) : 5

– Lacosamide (Vimpat°) pour prévenir les crises d’épilepsie généralisées chez les enfants à partir de 4 ans. N’a pas été comparé aux autres antiépileptiques dans cette situation.

– Vaccin oral contre la typhoïde (Vivotif°). Il diminue de moitié environ le risque de maladie : à peu près autant que le vaccin injectable.

– Brigatinib (Alunbrig°) en premier traitement de certains cancers bronchiques (c). Dans un seul essai versus un autre médicament de la même famille, il n’a pas augmenté la durée de vie.

– Niraparib (Zejula°) dans le cancer de l’ovaire, en traitement de longue durée après une première chimiothérapie. Dans un essai relativement petit, le niraparib a retardé de quelques mois la nécessité d’une nouvelle chimiothérapie sans rallonger la durée de vie, et au prix d’effets indésirables fréquents et graves.

– Ibrutinib (Imbruvica°) associé à un médicament « anti-CD-20 » dans le traitement initial de la leucémie lymphoïde chronique. L’ibrutinib n’allonge pas la durée de vie plus que les médicaments déjà disponibles, et n’entraîne pas moins d’effets indésirables.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Pas d’accord (aucun avantage évident, mais des inconvénients possibles ou certains) : 0

Rien en septembre 2021

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

La rédaction ne peut se prononcer : 0

Rien en septembre 2021

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Je recommande à tous les professionnels de santé de ne pas se contenter des informations limitées de ce blog et d’aller lire les arguments détaillés à la source.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

a- Un placebo est « une substance sans principe actif (= sans effet pharmacologique) mais dont la prise peut avoir un effet psychologique bénéfique pour le patient » ou encore (autre définition) « une préparation dépourvue de tout principe actif, utilisée à la place d’un médicament pour son effet psychologique, dit effet placebo » (ref. 2). À noter qu’un placebo ou un médicament peut aussi avoir des effets négatifs, et provoquer des effets indésirables : c’est l’effet nocebo.

b- Les médicaments sont nommés par leur dénomination commune internationale, autrement dit, par le nom que leur donne l’OMS. Le nom de marque est éventuellement indiqué entre parenthèses et marqué du signe °. Lire à ce sujet l’article « Le véritable nom des médicaments« .

c Plus précisément, les cancers bronchiques non à petites cellules, avec métastases ou ne pouvant être opérés, et dont les cellules renferment une forme anormale de l’enzyme tyrosine kinase ALK.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Article rédigé par Jean Doubovetzky sans conflit d’intérêt, notamment avec les firmes pharmaceutiques, leurs officines de communication, l’assurance maladie et les compagnies d’assurance ou mutuelles.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Sources

1- Prescrire Rédaction “Rubrique : Le rayon des nouveautés » Rev Prescrire 2021 ; 41 (455) : 645-659.
2- Prescrire Rédaction “Essais cliniques versus placebo : divers types de placebos, dits purs, impurs voire faux placebos » Rev Prescrire 2020 ; 40 (442) : 621-624.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Crédit Photo : www.ralfsteinberger.com sur VisualHunt.com

CITER: Doubovetzky J "Pros : Prescrire, sept. 2021, médicaments utiles et inutiles" ; 16 Nov 2021 ; site internet Anti Dr Knock (https://anti-knock.fr/blog-medicaments/prescrire-septembre-2021-medicaments-utiles-et-inutiles/)
Soutenez le travail et l'indépendance d'Anti Dr Knock sur Utip.
PARTAGER CET ARTICLE :